Encore une matière que je voulais absolument tester.

En se rendant à son travail, mon mari passe régulièrement devant une brûlerie de café. Or, il s’aperçoit que cette dernière se débarrasse, de temps à autre, de sacs en toile de jute. Ni une ni deux, il en récupère quelques uns pour moi.

 Vue la taille de la trame de la toile, si je voulais les utiliser, il fallait que je trouve une astuce pour l'”enchâsser” dans un tissu afin que celle-ci ne s’effiloche pas.

Après mure réflexion et quelques recherches, voici ce que j’en ai fait…

OUPS, encore un sac ! Je vous présente mon nouveau sac “EL GRINGO“…

Original non ?

La terre… Quoi d’autre ?

La technique de la plaque en poterie consiste (comme en pâtisserie) à fabriquer une plaque d’épaisseur régulière. Pour cela, on l’étale à l’aide d’un rouleau qui vient prendre appui sur 2 tasseaux de bois d’égale épaisseur.

Technique de la "Plaque"

Ainsi étalée, on peut  :

  • découper la terre en parts de tailles et de formes différentes pour les assembler, à volonté,
  • recouvrir un objet choisi pour moule,
  • tapisser les parois d’un récipient (aussi choisi pour moule),

Les applications sont nombreuses et variées.

Voici ce que j’ai pu faire avec cette technique à mes débuts de poteuse.

Un petit pot hexagonal émaillé en mordoré avec son couvercle…

Pot héxagonal fermé

image

 

 

Un récipient rectangulaire au motif fleuri…

image

 

 

 

 

 

 

 

Et puis, voir mes colliers, aussi réalisés avec cette technique, en cliquant ICI.

 

J’en avais très envie depuis un bon moment maintenant, mais je n’avais encore jamais essayé de travailler la toile cirée…

Et bien, je me suis lancée et c’est chose faite !

Une jolie toile cirée rouge-framboise à pois blancs, m’a tapée dans l’œil alors que je passais devant la vitrine d’une mercerie. Je l’ai invitée à me suivre et prise sous le bras.

Après quelques manipulations, le morceau de toile s’est métamorphosé en un joli petit sac (pour emmener mon déjeuner les jours où je n’ai pas envie d’aller au self). Et pour qu’il ne se sente pas trop seul, une petite trousse (à couverts) l’accompagne.

Désormais, je peux partir au travail avec mes petits pois…

TOUT ! Mais où ?

Oui, tout le problème est là. Si je suis prévoyante (voir la quantité de choses UTILES contenue dans mon sac à main), je peux gagner en efficacité à l’aide d’un simple accessoire : l’organisateur de sac.

Cela minimisera le temps de fouille (sans toutefois être sûre de trouver ce que je cherche). Cela me permettra également de gagner du temps quand je décide de changer de sac (décision que je prends systématiquement à la dernière minute, avant de partir).

J’ai donc réalisé ceci…

imageimage

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il est formé de 2 poches séparées, de 2 anses et est rigidifié par du molleton.

Les bijoux ! En l’occurrence, rares sont les jours où je sors “nue de cou”. Un collier ça habille, ça peaufine, ça agrémente…

Même constat que l’habillement :  trop cher, pas assez comme ci ou comme ça, trop ou pas assez gros… Bref, jamais contente ! Et bien comme le dit le dicton : “On n’est jamais mieux servi que par soit-même“. Donc, au charbon… OUPS ! Que dis-je ? A la terre… (cuite évidemment).

Donc voici quelques unes de mes réalisations…

Qu’en pensez-vous ? N’hésitez pas à me faire part de vos commentaires…

 

 

 

 

Quoi de plus cool, quand on est une fille, que de pouvoir créer ses propres sacs. Des, comme personne d’autre n’aura…
Et bien, je me suis lancée et voici les résultats.

Mon tout 1er sac : “Fleurette”.

20140616_144510

 

Soyez indulgents, c’est le premier… Fabriqué avec du tissu d’ameublement dégoté au marché St. Pierre à Paris. 

Il s’agit d’un patron assez simple : une sorte de sac “boule” agrémenté de plis sur le bas. Il est entièrement doublé et possède une poche sur chacune de ses faces intérieures.

 

 

 

 

Le second, la “Besace à rayures”, je l’ai aussi créé à partir de tissu d’ameublement, venant également de Paris… J’en ai dessiné le patron avec l’aide de Véro (ma copine et “prof” de couture) d’après un de ses sacs à elle…

 

Besace à rayures 2

 

 

 

La bandoulière est un galon d’ameublement et la fermeture se fait par un aimant. Il est entièrement doublé et muni d’une poche située sous le rabat ainsi qu’une autre à l’intérieur.

 

 

 

Pour celui-ci, le “Fleur d’Oranger”  je suis partie d’une paire d’anses qui me plaisaient et en ai déduit le tissu… D’après moi, un résultat somme toute intéressant.

 20140616_142309

Un sac tout bête à réaliser. Il s’agit d’une sorte de triangle avec une base arrondie et un sommet tronqué. Il est rigidifié avec du thermocollant et entièrement doublé.

Une fois les 2 côtés opposés et la base cousues, il ne reste plus qu’à coudre le sommet, à la main, autour des anses.

  Pour mon sac “Bulle de papillon”, Il me fallait un petit sac tout simple, pour les vacances, que je puisse décliner à volonté et sur lequel je pourrai fixer mes anses “clipsables”.

20140616_141401

J’ai donc utilisé un modèle de petit “sac trapèze” dont je peux aisément modifier la taille. Il est, lui aussi, doublé et renforcé par du molleton thermocollant.

 

Puis, un papillon en appelant d’autres, sont nés “Rosette”“Mille Chouettes” et enfin Orangette“… 

Quel est le dicton déjà ? Ne jamais dire jamais !

Non vraiment, jamais !” “Je n’aime pas ça !…”” Moi ce n’est pas ce que je veux faire !” que je répétais…

Mais, à force d’œuvrer devant certains modèles exposés aux murs lors de mes cours, je me suis laissée tenter et prendre au jeu.

Alors, j’ai essayé…

Le premier (et pas le plus simple), un RAG QUILT dans les tons gris (c’est un patchwork dit déchiqueté”. Il s’agit d’une grosse couverture que l’on trouve le plus souvent aux États-Unis).

 

Puis, m’est venue l’idée de réaliser un plaid plus “classique” (pour être bien au chaud devant la télé) que j’ai réalisé dans des coloris plus gais :

Et enfin, à la demande de ma belle-mère (je ne peux pas refuser ,c’est grâce à elle que je me suis lancée dans la couture puisque je squatte sa machine) une étoile 

20140525_151153

Il y en aura peut-être d’autre, qui sait ? Je n’ose plus dire J.A.M.A.I.S…

 Je parle évidemment du TOUR (et non pas d’Edith Piaf, que j’aime beaucoup par ailleurs…). Point d’orgue de la poterie, il a tendance à faire oublier toutes les autres techniques, pourtant souvent beaucoup plus abordables  (d’un point de vue technique).

 En effet, sa majesté ne se laisse pas dompter si facilement. Le tour fait appel à une technique très précise et ne laisse aucune place à l’ à peu près. La moindre erreur est fatale (pour la pièce, pas pour le “poteur” heureusement !).

Aussi, cette technique nécessite-t-elle un peu plus de temps d’apprentissage. Il faut ressentir les choses, trouver le doigté, reconnaître les sensations…

Voici quelques unes de mes réalisations…

 

 

Mais quelle satisfaction lorsque l’on arrive à sortir une pièce convenable (pour l’adjectif “belle” on attendra encore un peu et pour celui de “superbe“, un jour peut-être ?!)

A force d’en voir partout, j’ai eu envie d’essayer moi aussi..

Et à l’occasion d’une journée couture (comme environ 1 fois par mois),  avec mes copines de couture, j’ai nommé Catherine et Nathalie, nous avons décidé de tester cette petite trousse en forme de berlingot.

Modulable à l’infini, que ce soit du point de vue du tissu, des coloris ou de sa taille (grand pour une trousse de toilette, tout petit pour un porte-monnaie, etc…).

Voici ce que moi j’en ai fait…

 

imageimage

 

Un premier gris et vert.

 

 

 

 

 

 

 

imageimage

 

 

Et un second orange et gris.

 

J’ai choisi cette fois-ci de tester une nouvelle technique : la boule pincée…

Cela consiste, à partir d’une boule de terre dans laquelle on a fait un trou en y enfonçant son pouce, à pincer la terre jusqu’à ce qu’elle prenne une forme arrondie et de taper la terre à l’aide d’un instrument (une spatule en bois par exemple) jusqu’à ce qu’elle se referme et prenne la forme d’un œuf. Une fois refermée j’en découpe la partie supérieure afin d’en faire une boite avec son couvercle.

C’est ainsi que sont nés mes “œufs lutins” (et non pas DE lutins car, comme tout le monde le sait, les lutins ne pondent pas, ce sont les lutines qui s’en chargent…)  En voici plusieurs…